Social média et fin des genres

Une vidéo, une nouvelle fois très intéressante, sur la fragmentation de la consommation des médias de masse. Où comment aujourd’hui les marques n’ont plus aucune excuse pour adresser à leurs cibles des messages qui ne les concernent pas directement.

Quels outils au service de cette approche multi-cible? Comment vraiment comprendre les usages et les usagers? Comment relier les individus entre eux, si ce n’est par leur CSP, leur sexe, leur âge?

Johanna Blakley propose une réponse à ces questions, qu’aujourd’hui tout marketeur doit être amené à se poser.

http://ted.com/talks/view/id/1066

Bon visionnage, et n’hésitez pas à réagir ^^ !

Parler de vos voisins

Je me suis découvert, il y a quelques temps, un intérêt pour le vin. J’aime son univers, l’image qu’il renvoit de ses amateurs et passionnés. J’aime ses couleurs et ses odeurs, bref, j’aime le vin.

Amatrice plus que novice, je me suis inscrite à des pages sur Facebook me donnant régulièrement des infos à ce propos. Etudiante en communication, j’aspire à travailler dans « l’art de vivre«  comme on dit, les vins et spiriteux, la gastronomie, la décoration…tout c’est petits rien qui font tellement tout.

Un lien m’a donc fortement interpellé sur mon mur lorsque j’ai lu « Vin sur vin en communication« , un article publié sur le L’Indépendant.fr. C’est l’histoire d’un jeune de 26 ans, diplômé de Science Po, vigneron en Languedoc qui nous raconte comment faire parler de soi en ne parlant jamais de soi, ou la méthode d’un personal branding réussi.

Je vous invite fortement à la visionner, il y a tout à prendre!

Un jour, j’ai lu ou entendu quelque part (oui ce n’est pas très précis comme contexte, mais ce n’est pas non plus l’essentiel!) que c’est en aidant les autres que l’on s’enrichit, que ce soit sur un plan personnel ou financier. Ou les deux. Ryan O’Connell l’a bien compris.

[blip.tv http://blip.tv/play/AYKTo1QC%5D

Quand la communication des organisations fait rire

Il est rare de voir des campagnes de sensibilisation utiliser l’humour. Elles sont le plus souvent traitées de façon grave pour attirer l’attention sur des sujets sérieux (sécurité routière, SIDA, Téléthon, Anti-tabac, etc.), peut-être leur faiblesse aujourd’hui (selon la cible, et le sujet, bien sûr il faut toujours nuancer ses affirmations!) quand le buzz se fait surtout par le comique de situation. Heureusement, on assiste de plus en plus a une prise de conscience des organisations de ce facteur humour, qui parviennent de plus en plus à en jouer:

  • Zoe Felix pour le Cancer du sein, juste ce qu’il faut de légèreté et de sensualité pour faire passer le message efficacement,
  • une autre campagne pour le cancer du sein originale et drôle qui nous touche parce qu’on a tous jouer à « dis camion »,
  • une vidéo anti-tabac qui a pourtant l’air de dater (je n’ai pas trouvé de date). Apparament certains avait déjà compris que l’humour serait un bon moyen de faire parler d’une cause, malheureusement les mentalités n’étaient peut-être pas encore assez « à l’aise«  avec le non-politiquement correct, et les réseaux sociaux n’existaient-ils peut-être pas non plus…

Bref, à mon humble avis, et si j’en crois ce que j’ai pu voir sur le net, une video qui tourne, c’est une video qui nous fait rire, qui nous impressionne, qui nous surprend. Le vu et re-vu ne fait plus recette, si je puis dire. Le choc fait parler de lui, mais aboutit-il sur quelque chose de concret? Je pense notamment à cette campagne anti-tabac qui avait défrayé la chronique, la critique y allant bon train.

Alors bien sûr, il est délicat de rire de tout, mais si c’était le seul moyen de sensibiliser? Le rire est communicatif c’est bien connu, alors que la peur, les souffrances d’autrui, sont autant de choses que l’on feint de ne pas voir, ou d’oublier aussi vite que visionné.

C’est en bossant sur un sujet de campagne virale en cours que je m’en suis rendu-compte. Et c’est comme ça qu’en traînant sur le web il y a quelques minutes, cette vidéo a attiré mon attention. Pourquoi? Parce que j’étais très curieuse de voir enfin comment l’humour avait pu être intégré à une campagne aussi sérieuse que la relation entre personne handicapée et non-handicapée. Et pour le coup, j’ai vraiment ri.

Jen Crois Pas Mes Yeux vise à créer un lien entre les deux. A faire oublier les préjugés, à mettre à l’aise, en bref, à faire tomber les barrières qui empêchent bien souvent d’établir un contact entre deux personnes que pourtant peu de choses séparent. Qui ne s’est jamais senti gêné en présence d’une personne handicapée? Moi la première, lorsque je travaillais comme serveuse, j’ai eu en face de moi une personne atteinte de tocs, à qui je tendais une assiette qu’elle ne pouvait visiblement pas saisir sans en éparpiller le contenu sur la table ou sur ses amis. Autant vous dire que j’étais carrément gênée, et que je ne me suis pas attardée après lui avoir finalement posé l’assiette devant elle.

Bon, assez de blabla, je vous laisse juger par vous même de la pertinence de cette communication, vraiment virale pour le coup, et je vous invite bien sûr à faire tourner la vidéo (mais en fait, ça je n’ai pas besoin de le dire!)