Small talk et autres elevator pitch

Je vous parlais de jargon de communicant..? En voilà encore.

Le small talk c’est LA technique d’approche dont nous avons TOUS besoin. Que nous devrions tous maîtriser. Surtout nous, communicants.

Quesako le small talk? Vous êtes-vous déjà retrouvé dans un ascenseur en tête-à-tête avec un inconnu, ou au contraire avec une personne que vous souhaitiez à tout prix rencontrer, mais à qui vous n’avez finalement pas su vous présenter. Temps impartis trop court ? Timidité ? Vous ne saviez pas quoi dire ? Le small talk est fait pour vous.

Il s’agit d’une technique d’approche d’autrui. On rencontre très souvent, voire tous les jours, un tas de personnes que nous connaissons plus ou moins et avec qui nous sommes amenés à converser pour la première fois. Selon le contexte, l’enjeu peut passer de la simple envie de faire connaissance, à celle de démarcher un client potentiel, ou pour moi en tant qu’étudiante, de rencontrer de futurs responsables de stage/employeurs.

L’elevator pitch et le small talk sont de petites discussions visant à faire passer un maximum d’informations sur soi en un minimum de temps. Le tout en fonction de ce que l’on souhaite que notre interlocuteur se souvienne. Elles visent également à introduire une conversation sur des sujets plus denses et pertinents que le temps qu’il fait.

Alors en pratique, le small talk interviendra plus souvent dans notre vie de tous les jours, au contact d’une personne qui attend avec nous un bus qui tarde à venir, ou encore de notre compagnon de table au cours d’un dîner dans lequel nous ne connaissons personne. L’elevator pitch, lui, est plus formel. Il intervient principalement dans un cadre professionnel, c’est grâce à lui qu’on distribue nos cartes de visites et qu’on établi son réseau.

L’objectif principal de ces deux techniques est donc de se vendre. Il consiste à donner la meilleure image de soi (la première impression étant souvent toujours déterminante) et de laisser un souvenir à notre l’interlocuteur, au travers d’un discours bref mais structuré.

Un art, donc, à travailler, mais surtout à pratiquer.

Et si vous ne savez pas comment vous y prendre, je vous invite à lire ce livre de Florence LEBRAS, dont je me suis inspirée pour cet article et que je trouve très bien construit. Un bon coup de pouce pour les plus timides…

Retrouvez moi sur Facebook

Je viens de créer la page FB des Considérations de S.!

Pourquoi Liker Les Considérations de S. ?

Parce que si comme moi, la communication et le marketing vous intriguent et vous passionnent, vous y retrouverez  un contenu plus ludique, vidéos, musiques, mais aussi des liens vers des articles qui m’interpellent, ainsi que les liens vers tous les nouveaux articles du blog.

Si vous êtes étudiants, comme moi, vous y retrouverez mon actu en temps réel, comme les compètes pour de vrais clients, les réflexions stratégiques autour de problématiques toujours plus passionnantes…

En bref, tout ce qui fait mon quotidien de future communicante!

Voilà pourquoi je vous invite vivement à venir échanger et partager vos points de vue et vos trouvailles sur la communication et le marketing, car c’est dans le partage que nous nous construirons le mieux et que nous avancerons plus loin!

J’aime Les Considérations de S.

Qualités professionnelles

En plein dans la rédaction d’une lettre de motivation, je me suis dit que si l’on me donnait l’occasion de me présenter à l’entretien, mieux valait que j’y sois préparée. Et même, bien préparée.

Je dois dire que les entretiens ne m’ont jamais réellement fait peur, peut-être parce que jusqu’à maintenant, personne n’avait voulu me faire peur non plus. Et je me dis aussi qu’avec le temps et les postes convoités, on va justement essayer de me pousser au delà de mes limites, et que j’ai donc de quoi commencer à m’inquiéter. J’essaie au mieux de ne pas me mettre la pression, l’adrénaline peut nous faire faire de grandes choses, je n’en disconviens pas, mais elle peut aussi nous faire perdre nos moyens. Et l’entretien, bien que strictement cadré, est un moment privilégié, hors du temps, dont il est bon de ne pas en préméditer les moindres mots et gestes. Notamment en communication, où l’analyse de notre langage corporel pourrait en dire plus que ce que nous voulons si jamais nous tentions d’en refouler les élans. Alors, je préfère ne pas penser aux échéances jusqu’au dernier moment, et alors les choses se passent bien mieux. Jusqu’à maintenant cette philosophie m’a toujours souri. Mais, il est aussi vrai que plus d’une fois, faute de préparation, j’ai séché à la fameuse question: « citez-moi trois qualités et trois défauts ».

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours commencé par donner mes qualités. On est tous persuadé d’être LA personne que l’entreprise recherche, et on cite (si on s’y prend la veille comme moi) souvent bêtement, les premières choses qui nous viennent à l’esprit: rigoureuse, attentive et autonome. Les défauts sont subjectivement plus difficiles à cerner. C’est vrai, on a souvent l’impression de donner le meilleur de nous, alors quels pourraient-être nos points faibles ?

A l’heure où le Saint Graal est de plus en plus difficile à trouver et que la concurrence est redoutable, il est grand temps de se bouger et de s’éloigner des sentiers battus et rebattus par des milliers de candidats, pour être enfin capable de mettre en avant ce qui saura vraiment faire la différence entre nous et les autres, et faire pencher la balance de notre côté.

Bonne introspection amis concurrents!