Portrait d’entrepreneur #3 : Florent JUAN, Dirigeant de Pastel Audition


Bonjour à tous! Voici un nouveau portrait d’entrepreneur à l’honneur.

Je vous prie de m’excuser pour le manque d’actualité ces jours-ci. Un problème de connexion Internet m’a handicapé plusieurs jours et je suis débordée de travail avec ma création d’entreprise.

Mais les choses vont revenir à la normal désormais.

Cette semaine c’est Florent JUAN, audioprothésiste, fondateur -dirigeant du réseau de centres de soin Pastel Audition, implanté dans le sud-ouest de la France, qui nous livre sa vision de l’entrepreneuriat et partage avec nous son parcours.

pastelaudition-logo-sante-commerce-18072012Florent a été l’un des premiers à m’accorder sa confiance pour sa communication lorsque j’étais étudiante, à l’occasion d’un stage. J’ai beaucoup appris grâce à lui et il est un bel exemple de ce que ce blog vise à illustrer: l’importance de la communication dans la réussite de l’entreprise.

Venons-en aux présentations…

Présentations

PHOTO_FLORENT_JUAN
Florent JUAN, audioprothésiste, fondateur du réseau de centres de soin Pastel Audition

 « Pastel Audition est mécène de l’association Audition Solidarité. Cette démarche a été naturelle »

Bonjour Florent, pouvez-vous vous présenter?

Je m’appelle Florent Juan, j’ai 36 ans. Je vis en Haute-Garonne, près de Toulouse.

Un signe particulier?

Je suis obstiné!

Votre leitmotiv ?

« Tu peux mieux faire ».

Quels sont vos centres d’intérêts, vos passions?

En matière de sport, j’ai pratiqué le VTT, le tennis notamment. J’ai moins de temps à y consacrer depuis que je suis chef d’entreprise. Mais je continue le tennis. C’est un bon exutoire, ça permet de se défouler, de se vider la tête.

J’aime aussi prendre le temps de lire, quand je peux. Ce sont les romans d’aventures, d’action ou encore les romans historiques, policiers qui m’attirent le plus. J’y recherche l’intrigue, l’action.

Je m’adonne également à la photographie. Moins car le temps me manque et c’est une activité exigeante. Avec mes deux enfants, il faut pouvoir articuler le tout. Ce que je préfère ce sont les photos de voyages, de tous les jours. J’aime capter les moments de vie sur l’instant.

Pouvez-vous partager avec nous vos objectifs personnels et professionnels ?

D’un point de vue personnel, je cherche simplement à m’épanouir. Cela passe notamment par le souci constant de progresser et d’approfondir mes connaissances. Je cherche tout simplement à avancer de manière continue.

Sur le plan professionnel, mon objectif est de continuer à développer Pastel Audition. Vu d’un plus grand angle, c’est d’être en mesure de subvenir aux besoins de ma famille, d’améliorer ma qualité de vie afin de passer davantage de temps auprès de mes enfants.

Quelle est votre activité ? A qui s’adresse-t-elle ?

Je suis audioprothésiste. Mon métier consiste à corriger et prévenir les problèmes auditifs. Je propose donc les solutions auditives les plus adaptées aux besoins de mes clients.

Mon activité concerne tout le monde. De l’enfant au sénior, en passant par les adolescents, les 20-49 ans, les jeunes retraités comme les plus âgés.

Lorsque j’étais étudiant, je savais que je souhaitais exercer un métier à la fois scientifique et technique. Je ne connaissais pas l’audioprothèse, même si j’y étais plus ou moins sensibilisé par ma grand-mère qui était appareillée.

Bien qu’il ne fût pas dans cette branche, c’est mon frère qui m’a introduit à la profession, en me mettant en relation avec une audioprothésiste. J’ai ainsi eu l’opportunité de passer une journée à ses côtés. C’est elle qui m’a fait découvrir ce qu’est concrètement ce métier. J’y ai retrouvé tout ce que je recherchais : le scientifique et le technique. C’est ainsi que j’ai poursuivi mes études supérieures dans cette branche.

Quel est votre savoir-faire ? Quelle est votre vision de ce métier ?

C’est un beau métier, je peux dire qu’il me correspond tout à fait.

Il y a d’un côté l’activité commerciale, qui constitue un challenge, car il faut bien sûr parvenir à vendre les produits. Mais après la prescription d’un appareil, pendant cinq ans, il n’y a pas d’autre vente auprès des bénéficiaires. C’est là qu’intervient l’aspect davantage paramédical, on entre dans le relationnel. Lorsque les personnes viennent vous voir tous les trois mois pour des contrôles, des ajustements, du conseil, nécessairement, des liens se créent. Cet aspect est aussi l’une des richesses de ce métier.

Puis il y a aussi l’évolution même du métier. L’avancée des technologies. Chez Pastel Audition la qualité de service est au cœur de notre activité, je suis donc amené à beaucoup voyager afin de me tenir à jour, dans le souci d’être en mesure de toujours proposer les solutions les plus adaptées à chaque problématique.

Enfin, et même si c’est de moins en moins le cas, car les technologies sont de plus en plus miniaturisées pour plus de confort esthétique, il reste une part de « bricolage » des appareils, si je puis dire. L’aspect technique dont je vous parlais. Mes collaborateurs et moi-même sommes amenés à adapter les appareils en fonction de chaque personne. Cela fait partie du métier, nous offrons du sur-mesure à nos clients.

Ainsi il n’y a pas de routine dans ce métier. Chaque problématique est différente donc on doit s’adapter en permanence. Il y a beaucoup de polyvalence, c’est cela qui me plaît.

Quelles sont vos compétences en la matière et quelle est votre spécialité ?

En plus de traiter les problèmes auditifs, chez Pastel Audition nous apportons des solutions aux personnes souffrant d’acouphènes, ces bourdonnements que l’on entend de manière plus ou moins intense, en continu.

Certaines personnes parviennent à s’en accommoder naturellement, pour d’autres, pour qui la gène est plus importante, il est nécessaire de prescrire un appareillage spécifique. C’est une spécialité de l’audioprothèse à laquelle je suis à même de répondre au sein des centres Pastel Audition.

Enfin, nous sommes aussi spécialisés dans les troubles auditifs de l’enfant, avec des appareillages adaptés.

Profil d’entrepreneur

Quel entrepreneur êtes-vous ?

Je suis un entrepreneur fonceur et exigeant, avec moi-même comme avec mes équipes.

Lorsque j’ai démarré Pastel Audition j’étais seul maître à bord, cela ne posait pas de problème. Lorsque mes associés ont rejoint l’aventure, nous sommes cinq aujourd’hui, j’ai davantage développé mon écoute. Je suis toujours aussi pugnace, mais je suis ouvert à l’échange. J’ai conscience de la richesse et de la valeur que cela constitue d’être entouré.

Le plus gros risque que vous ayez pris ? Je n’en ai jamais pris. Le plus gros risque que j’aurais pu prendre aurait été de rester salarié, dans un emploi dont j’avais fait le tour, dans lequel je me sentais stagner, qui ne m’épanouissait plus. Entreprendre Pastel Audition s’est fait de manière naturelle. L’instabilité financière des débuts n’était pas une raison valable pour ne pas me lancer, à mes yeux ce n’était pas un risque.

La meilleure décision ? De m’être lancé, sans hésitation. Ensuite, ça a été de m’associer à des collaborateurs. Parce que seul on n’a qu’une seule vision. On se trompe plus facilement. Quand on travaille à plusieurs, on est obligé de s’écouter, d’envisager les choses sous des angles nouveaux et souvent, ça change les décisions qu’on aurait prises si l’on avait été seul. Je pense que le développement de Pastel Audition s’est accéléré depuis que je suis associé. A plusieurs, on va plus vite, plus loin.

La pire décision que j’ai eu à prendre a été de devoir me séparer d’un collaborateur, suite à un recrutement infructueux. Nos centres sont à taille humaine, j’y suis régulièrement, il y a forcément une proximité qui s’établit avec les membres de l’équipe, au fil du temps. Et puis on a conscience des enjeux que cela représente pour la personne dont on se sépare. On n’imagine pas la difficulté que cela représente pour le chef d’entreprise de licencier un employé. C’est pourtant véritablement difficile à faire.

Quelle est votre force ? Ma capacité de travail importante, je suis sur tous les fronts à longueur de temps. Il est nécessaire de compartimenter afin d’être performant. Je m’en sors plutôt bien jusqu’à présent. Ensuite, ma volonté, ma détermination. Je me donne toujours les moyens de réussir ce que j’entreprends.

Votre faiblesse ? Vouloir aller trop vite, ce qui pousse parfois à prendre des décisions hâtives, pas suffisamment éclairées, lesquelles s’avèrent être infructueuses ensuite. Je travaille sur ce point.

Qu’est-ce qu’être entrepreneur d’après vous ?

A mes yeux, un entrepreneur est une personne qui aime construire quelque chose, en dépit de ce qui vu de l’extérieur pousserait davantage à jouer la sécurité, à être raisonnable. Un entrepreneur fonce, malgré tout, malgré les échecs ; il continue, parce qu’il a un projet et qu’il veut aller au bout.

Être entrepreneur c’est donc vouloir construire, évoluer, progresser et ne pas avoir peur.

D’un point de vue plus personnel, l’entrepreneuriat c’est également valorisant, car on répond à des besoins : à ceux de nos clients mais aussi de nos employés. Lorsque l’on créée des emplois, ce sont autant de personnes qui comptent sur nous ; on se dit que la réussite de l’entreprise contribue à leur bien-être et à celui de leur famille. C’est très gratifiant de se dire que l’entreprise profite aux autres et à soi-même.

Quel(s) chemin(s) vous-a(ont) mené à l’entrepreneuriat ?

Comme je l’ai dit plus haut, c’est une suite logique qui s’explique simplement par ma personnalité. Mon envie d’avancer toujours plus loin, de progresser, d’apprendre, mêlée à un travail salarié qui ne me convenait plus. Je me suis lancé pour le meilleur et pour le pire, parce que c’est ce que je devais faire.

Quelle(s) valeur(s) portez-vous ?

Je dirais que je suis « droit dans mes bottes ». Je mets un point d’honneur à me montrer franc. Je suis têtu mais raisonné, je sais me remettre en question.

Donc les valeurs portées par Pastel Audition sont l’écoute, l’échange, la satisfaction et la recherche constante d’amélioration de la qualité de vie de nos clients et de nos salariés.

Quel(s) bénéfices pour vos clients à venir chez vous ?

Du fait des réponses à la question précédente, au sein des centres Pastel Audition la qualité de service est le moteur de notre activité au quotidien.

Notre ambition est de devenir une référence en qualité de service et cela passe par un soin constant apporté à la l’accueil dans nos centres de soin, à la performance de nos produits, de notre matériel et de nos procédures. La satisfaction de notre clientèle est le cœur même de nos préoccupations.

Il existe aussi un marché du low-cost dans l’audioprothèse. On ne cherche pas la quantité, nous visons la qualité. Pastel Audition s’oppose radicalement à la tendance discount, d’autant plus qu’il s’agit du bien-être de nos bénéficiaires. Nous sommes positionnés sur du prémium, mais nos coûts restent raisonnables. Ni plus élevés que nos concurrents, ni low-cost.

Quelle est votre vision de la réussite / du succès ?

Bonne question ! Disons que ce serait d’être allé au bout du projet Pastel Audition. Je ne sais pas encore jusqu’où j’irai, mais j’ai encore de beaux projets à venir. Je ne pense pas que l’aventure soit bientôt terminée !

C’est justement vivre pleinement cette aventure et la mener à son terme qui constitue pour moi la réussite, bien avant la réussite financière.

En tant qu’homme, pas seulement en tant qu’entrepreneur, que souhaiteriez-vous dire aux femmes et aux hommes qui liront cette interview ?

J’espère deux choses : d’une part, que certaines personnes se soient reconnues dans mon témoignage et d’autre part, qu’au contraire, d’autres ne s’y soient pas reconnues.

Car de ces divergences naît justement la richesse de l’entrepreneuriat : la diversité. Partir d’idées communes et les faire aboutir à des choses complètement différentes.

Communication

Pouvez-vous partager les outils de communication que vous avez mis en place pour vous développer ? Ou ceux que vous envisagez pour votre lancement.

J’ai dès le début apporté une grande importance à la communication dans ma stratégie de développement.

J’ai décidé d’investir de l’argent, en faisant appel à des agences de communication. Mais je n’en ai pas obtenu satisfaction. Elles se contentaient de faire ce qu’on leur demandait. Tant de flyers, tant de publicité dans les boîtes aux lettres… Et les retours n’étaient pas à la hauteur des investissements.

J’ai ressenti le besoin d’acquérir des connaissances de base. C’est pourquoi j’ai décidé de développer mes connaissances et mes compétences en la matière. Avec l’un de mes associés, nous avons pris des cours de marketing, et donc de communication.

Depuis nous travaillons avec un nouveau prestataire, qui nous apporte une vraie plus-value. Nous savons que pour l’heure les résultats sont intangibles, car il s’agit de travailler sur notre image, notre réputation et notre notoriété pour ensuite développer les ventes. Cela prend du temps, il est important d’en avoir conscience. Mais les actions entreprises auparavant, sur lesquelles nous comptions pour développer rapidement notre chiffre d’affaires ne portaient pas leurs fruits et ne permettaient pas d’établir une stratégie de croissance pérenne. Nous ne comptons plus sur les offres commerciales pour faire cela.

Aujourd’hui, nous y consacrons davantage de temps et un budget relativement important, mais nous savons pourquoi. En interne, nous demandons systématiquement à nos clients pourquoi ils ont choisi Pastel Audition. Le sérieux, les prix raisonnables et l’absence de mauvaise surprise correspondent parfaitement à l’image qui est la nôtre.

Engagements

Êtes-vous engagé dans le mouvement associatif ? (bénévole, membre, adhérent, donateur)

Je suis adhérent d’une association sportive, car je pratique le tennis. Malheureusement, le manque de temps ne me permet pas de m’impliquer davantage dans l’association.

Néanmoins, parallèlement, Pastel Audition est mécène de l’association Audition Solidarité. Cette démarche a été naturelle. A l’origine, dans une optique de développement durable, je cherchais un moyen de recycler les appareils auditifs dont les clients ne se servaient plus suite à un renouvellement, ou lorsqu’ils étaient désuets. En faisant des recherches, j’ai découvert l’association Audition Solidarité.

Maintenant, ensemble, nous intervenons par des missions de sensibilisation à la protection auditive dans les conservatoires. Nous nous adressons aux enfants, aux adolescents qui les fréquentent ; mais aussi aux musiciens professeurs et, par ricochet aux parents. Ces derniers, très souvent, sont étonnés de notre discours, car peu de gens connaissent vraiment les risques auditifs potentiels.

Nous souhaitons néanmoins aller plus loin dans ce partenariat. Audition Solidarité organise également des missions humanitaires. Ma femme est orthophoniste, nous souhaiterions participer à une mission humanitaire ensemble, afin que les populations démunies bénéficient de cette approche du soin ; cela donnerait une nouvelle dimension à nos métiers.

Et la dernière…

Comment voyez-vous la suite ?

Encore plus épanouissante ! En continuant de mettre tout en œuvre afin que l’aventure porte ses fruits.

 

Publicités

Commenter l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s